• Et c'est parti!

    au plaisir de vous retrouver!

    Et c'est parti!

     

    Même si je ne pars pas à l'hôpital de bon cœur, je me dis que là-bas : on fera mon lit, on me préparera et me servira le repas, je ne ferai pas la vaisselle, et je vais peut-être rencontrer du monde....

    A trés vite!!!!!!!!!!!!!!!


    11 commentaires
  • Et oui, notre pays, la France est ainsi faite, que pour tout il faut franchir le cap de l'administratif.

    Quand je dis franchir, c'est grimper la montagne, que dis-je, le sommet!

    Hospitalisation et tempète

    J'avais un soucis de VSL, car le trajet dépasse les 150 km ; il me fallait demander une entente préalable un mois à l'avance. Par chance, je suis tombée sur de bonnes âmes, autant la secrétaire de l'ambulancier qui s'est démenée depuis ce matin, pour faire avancer les choses au plus vite, que la personne qui vient de m'appeler au téléphone de la CPAM et qui gentillement m'a tout expliqué et qui m'annonce que l'avis est favorable, et qu'il faudra que je fasse le transfert de mon dossier le plus rapidement possible ensuite. Ouf!

     

    Tout est compliqué car j'habite entre deux "chaises" ; je suis encore à moitié dans l’Hérault et à moitié dans l'Aude. Mon préavis dans l’Hérault n'est pas encore terminé, je dois attendre le 31 mai pour résider officiellement ici.

    Hospitalisation et tempète

     

    Mon amie qui devait venir passer quelques jours chez moi, un peu avant et durant mon hospitalisation, a des soucis qui étaient imprévisibles, et ne pourra être là ; alors c'est ma voisine, qui en a l'habitude qui s'occupera de mes chats.

     

    L’hospitalisation est urgente et obligatoire pour refaire mon dossier MDPH (ceux qui connaissent comprendront), afin que je puisse à nouveau recevoir une allocation logement que je ne touche plus puisque je n'ai pas apporté la preuve que je suis toujours handicapée.

    Il y a aussi urgence pour mon diabète, pour ma rétinopathie, vérifier "mes cancers", etc....

     

    Bref, tout ce que j'ai engagé pour repartir du bon pied, provoque la tempête ; j'avoue que je panique "à bord". On dit toujours un mal pour un bien et je ne l'ai jamais autant souhaiter, arriver vite au bien.

    Je vous demande donc de bien vouloir m'excuser pour mon peu de présence sur les blogs ; je n'ai vraiment pas la tête à ça.

     

    Ce soir, je vais prendre un bain zen pour retrouver ma sérénité...

    Hospitalisation et tempète


    20 commentaires
  • Que faire?

    On veut réagir, mais dans quel sens?

    Faut-il se révolter, ignorer ou accepter?

    Quand j'ai appris les évènements, je me suis révoltée avec des envies de.... faire tout un tas de mauvaises choses.

    J'en ai parlé avec des confidents et on m'a fait comprendre que ces gens n'étaient que l’outil d'autres gens ;  que la manipulation atteint des sommets que je ne peux même pas imaginer...

    Alors dois-je compatir à la douleur des proches et ignorer pour continuer à exister?

     

    Du coup mon corps parle et j'ai un gros soucis de rate, je crois.... Je consulte jeudi!

    "le orange est lie au chakra de la rate, qui est associe à notre moral, la orange est liée a la gaité..."

    Les correspondances de la rate

    Elément, saison, couleur, entrailles ou viscère ou organe, saveur, émotion correspondant à la Rate

    1) Elément : Terre, Allusion à la terre dont proviennent (directement ou indirectement) les aliments.

    2) Saison : Eté indien, Intersaison correspondant à la période des moissons. C’est durant cette période humide que la Rate est le plus souvent blessée.

    3) Couleur : Jaune

    4) Entrailles ou viscère ou organe : Estomac (la rate crée l'énergie et le sang à partir de la quintessence des aliments que lui transmet l'estomac après la digestion)

    5) Saveur : Douce, sucrée, fade

    6) Emotion : + Réminiscence, pensée, réflexion : - la personne « rumine »

    7) Heure : entre 9 et 11h du matin

    8) Liquide physiologique : la salive

    9) Le mode d'expression : le chant

     


    32 commentaires
  • Fer

    Bon, j'espère que vous avez pris bonne note de l'article précédent et les légumes diurétiques, pour nettoyer un peu notre corps.

    A présent, on va le fortifier, si besoin est, avec le fer!

    Et qui mieux que Popeye le symbolise lol

    Fer

     

    10 aliments riches en fer

    Le fer est essentiel pour notre organisme : il assure le transport de l’oxygène dans le sang et la formation des globules rouges. Selon l’OMS, 25% de la population mondiale manquerait de fer. En cas de carence en fer, on parle d’anémie ferriprive. Pour s’en prémunir, nous vous proposons 10 aliments riches en fer.

     

     

    Les palourdes  palourde

    La palourde est une bonne source de fer, même si elle n'en contient pas autant qu'on le pensait auparavant. Une portion de 100 g de palourdes (environ 13) en contiendrait environ 2,8 mg, soit environ un sixième des besoins quotidiens des femmes âgées de 19 à 50 ans et un bon tiers de ceux des hommes du même âge.

    100 g de palourdes = 2,8 mg de fer

     

     

    Le porc   porc

    Le porc, et particulièrement le foie de porc, est très riche en fer héminique. Il existe 2 types de fer : le fer héminique contenu dans les volailles, les viandes, les poissons, les crustacés et le fer non héminique d’origine végétale. Le fer héminique est absorbé plus facilement par l’organisme (en moyenne à 25% contre 5% pour le fer non héminique).

    100 g de foie de porc = 18 mg de fer

     

     

    L’agneau   Fer

    Le gigot d’agneau, et plus généralement l’agneau, sont considérés comme une bonne source de fer héminique, au même titre que les palourdes ou le porc. L’agneau apporte également à l’organisme des éléments nutritifs essentiels comme le phosphore et le zinc en quantité importante, ainsi que des vitamines comme les vitamines B2, B3 et B12.

    100 g d’agneau = 8 à 13 mg de fer

     

     

    Les haricots de soja (soya)   haricot de soja

    Les haricots de soja apportent à l’organisme du fer non héminique. Bien que moins bien assimilé par l’organisme que le fer d’origine animale, il constitue quand même une source importante de fer. De plus, les protéines végétales et les isoflavones contenues dans le soja sont reconnues pour protéger des maladies cardio-vasculaires.
    250 g de haricots de soja cuits = 9 mg de fer

     

     

    Les huîtres   huitre

    En plus d’être une source importante de fer héminique, les huîtres apportent à l’organisme du phosphore (formation des os et des dents) et du cuivre (protection contre les radicaux libres). Précaution : bien que les femmes enceintes aient des besoins importants en fer, il leur est conseillé d’éviter de consommer des huîtres crues compte tenu des risques de toxoplasmose.

    100 g d’huîtres (environ 8) = 5 à 9 mg de fer

     

     

    Les haricots blancs   haricot blanc

    Riches en fer non héminique, les haricots blancs ont l’avantage d’apporter à l’organisme près de 50% de l’apport moyen conseillé en fibres alimentaires, soit environ 25 g par jour. Ils constituent également environ 30% de l’apport recommandé en protéines totales puisqu’ils sont riches en protéines végétales.

    250 ml de haricots blancs (1 tasse) = 5 à 8 mg de fer

     

     

    Le tofu   tofu

    On obtient le tofu par un processus de « coagulation » de la boisson de soja (soya). Source importante de fer et de protéines végétales, il n’a presque pas de goût, c’est pourquoi il est souvent ajouté aux soupes ou aux salades pour remplacer l’apport en protéines animales.

    100 g de tofu = 5 mg de fer

     

     

    Le sésame   graine de sésame

    La graine de sésame entière est une très bonne source de fer non héminique. Puissant antioxydant, le sésame apporte aussi à l’organisme de la vitamine E, une vitamine au rôle cardio-protecteur.

    100 g de sésame = 14 mg de fer

     

     

    Les céréales à déjeuner   céréale

    En cas de carence en fer, les céréales complètes non raffinées peuvent être une bonne alternative. Mais il faut quand même rester vigilant(e) : les céréales que l’on trouve dans le commerce sont souvent très riches en sucre. Préférez plutôt les céréales complètes sans sucres ajoutés et vérifiez bien les étiquettes nutritionnelles.

    100 g de céréales = 13 mg de fer

     

     

    Les épinards   épinards

    Les épinards sont eux aussi une bonne source de fer. Peu caloriques (22 kcals pour 100 g), ils ont l’avantage d’être de puissants antioxydants, riches en vitamine A. Bouillis, les épinards ont une teneur en fer plus importante que crus.

    100 g d’épinards bouillis = 3,6 mg de fer

     

    http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/Index.aspx

     

     

     


    33 commentaires
  • L'automne est tout prés, il est temps de préparer notre corps à passer l'hiver au mieux....

    On fait un nettoyage de printemps pour passer un bel été, alors pourquoi pas un nettoyage d'Automne, pour bien passer l'hiver.

     

    Et oui, le 22 septembre, c'est l'automne!

     

    10 légumes diurétiques et leurs bienfaits sur la santé

    Les aliments diurétiques favorisent les sécrétions urinaires, l’élimination des toxines et sont notamment réputés pour améliorer les problèmes de rétention d’eau et d’hypertension artérielle. Les légumes, riches en eau, en fibres et en minéraux, stimulent le fonctionnement des reins et sont donc nombreux à avoir ces vertus.

    L’asperge :   Légume diurétique
    Les asperges sont des légumes diurétiques très faibles en calories (21 calories pour 6 tiges complètes d’asperges en conserve et égouttées). Elles contiennent de l’asparagine, une substance chimique qui stimule le fonctionnement des reins et les aide ainsi à se débarrasser des déchets.

    En outre, elles ont un pouvoir antioxydant très élevé (surtout crues), ce qui permet de prévenir l’organisme de nombreuses maladies. C’est une excellente source en vitamine B9 (ou folate) particulièrement recommandée chez les femmes enceintes car elle préviendrait les anomalies du tube neural1, une malformation congénitale qui se produit entre la 3ème et la 4ème semaine de grossesse. C’est également une excellente source de vitamine K, une vitamine qui participe activement à la coagulation du sang et permettrait de prévenir l’ostéoporose.

    Les asperges se consomment de nombreuses façons : crues trempées dans une sauce en apéritif, cuites à la vapeur, bouillies, gratinées ou encore rôties.


    L’artichaut, une source importante d’antioxydants :   Légume diurétique
    L’artichaut, apprécié autant pour ses feuilles que pour son coeur, est diurétique grâce à sa teneur en fibres, en minéraux et en vitamines qui aident les reins à bien fonctionner et encouragent l’évacuation des excès d’eau et de sel.

    Par ailleurs, les parties comestibles de l’artichaut renferment une grande variété d’antioxydants, bénéfiques pour la santé. C’est une excellente source de cuivre, nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus). Il aurait également des bienfaits sur l’hypercholestérolémie en réduisant les taux de cholestérol total et de mauvais cholestérol (LDL) tout en augmentant celui de bon cholestérol (HDL), comme l’indique une étude réalisée avec des extraits de feuilles d’artichaut1.

    L’artichaut peut se manger cuit tel quel, farci, ou incorporé dans des recettes de tartes, clafoutis, beignets…


    La carotte, en prévention des maladies de l'oeil :   Légume diurétique
    La carotte, diurétique de par sa richesse en potassium (320 mg potassium), est le 2ème légume le plus consommé par les Français en volume1 et le 3ème légume le plus vendu au Québec2.

    Les très nombreux pigments de la carotte contribueraient à prévenir plusieurs maladies, dont les maladies cardiovasculaires3 (étude réalisée avec du jus de carotte) et certains cancers, notamment celui du poumon4. Elle permettrait également de diminuer la prévalence des cataractes chez les hommes et les femmes, en raison de sa teneur en alpha, béta-carotènes5, lutéine et zéaxanthine6. Plus sa couleur est foncée, plus elle est riche en bêta-carotène (les carottes marrons en contiennent 2 fois plus que les carottes oranges).

    Les carottes se consomment crues ou cuites, râpées, en purée, en soupe, en gâteau, rôties… et pour les personnes qui souhaitent perdre du poids, croquer 1 ou 2 carottes crues constitue un bon coupe-faim.

     

    Le brocoli pour réduire les risques cardiovasculaires :   Légume diurétique
    Grâce à sa haute teneur en minéraux comme le magnésium (21 mg pour 100 g) et le potassium (316 mg pour 100 g), le brocoli est un légume diurétique.

    Il renferme beaucoup de vitamine C – qui possède de fortes propriétés antioxydantes – et de vitamine K. Consommé au moins quelques fois par semaine, ce légume serait associé à un risque plus faible de cancer colorectal, de l’estomac, du poumon, de la prostate et même du sein chez la femme préménopausée. Il contribuerait également au maintien d’une bonne santé cardiovasculaire et est même recommandé chez les diabétiques de type 2 pour augmenter leur concentration de bon cholestérol et réduire les taux de triglycérides et de mauvais cholestérol1.

    Le brocoli peut se consommer cru ou cuit, en salade, en soupe ou encore intégré dans une omelette, une quiche ou autre préparation salée. Pour profiter au mieux de ses bienfaits, il est préférable de le consommer cru ou légèrement cuit.

     

    L’aubergine réduirait le taux de lipides sanguins :   Légume diurétique
    L’aubergine est un légume qui fait partie de la famille des solanacées et est caractérisé par sa pelure violette, bien qu’il existe des variétés jaunes, vertes et même blanches. Sa richesse en eau, en fibres, en potassium (229 mg pour 100 g) et en magnésium (14 mg pour 100 g) en font un légume diurétique.

    C’est un légume très peu calorique (29 calories pour 84 g d’aubergine bouillie égouttée) et riche en antioxydants, qui réduisent les dommages causés par les radicaux libres dans l’organisme. Selon une étude, elle contribuerait à la réduction du taux de lipides sanguins1. C’est également une source de manganèse lorsqu’elle est consommé crue, – mais elle ne l’est plus que pour la femme lorsqu’elle est bouillie – une source de cuivre, de vitamines B1 et B6.

    L’aubergine peut se consommer frite (telle quelle ou en beignets), farcie, dans la ratatouille ou encore dans les currys de légumes.

     

    La courgette :   Légume diurétique
    Composée à 95% d’eau, riche en magnésium (18 mg pour 100 g) et en potassium (261 mg pour 100 g), fait partie des légumes diurétiques.

    Elle contient de la rutine, un composé phénolique de la famille des flavonoïdes et qui possède une certaine activité antioxydante pouvant protéger contre le cholestérol LDL et l’oxydation. Les caroténoïdes (et notamment la lutéine et la zéaxanthine) qu’elle contient auraient elles aussi une action antioxydante, en plus de prévenir certaines maladies de l’oeil1. La courgette est une source modérée en nombreux nutriments comme le phosphore, le magnésium, le potassium, le fer ou encore les vitamines B1, B2, B6, B9, c’est-à-dire qu’une portion fournit entre 5 et 15% des apports recommandés en ces nutriments.

    La courgette peut se consommer crue à tremper dans une sauce, en salade, ou cuite, sautée, frite, en soupe… Lorsque cela est possible, il est préférable de consommer la courgette avec la peau pour en conserver tous les nutriments.

     

    Le céleri, bon contre l’hypertension :   Légume diurétique
    Tendre et croquant à la fois, le céleri est un légume diurétique réputé pour sa faible teneur en calories (6 calories pour une branche moyenne de céleri cru de 40 g et 14 calories pour 80 g de céleri bouilli et égoutté). Il doit son action diurétique à sa haute teneur en potassium (260 mg pour 100 g), contrebalançant sa haute teneur en sodium (80 mg pour 100 g).

    Les polyacétylènes contenus dans le céleri pourraient empêcher la prolifération de plusieurs types de cellules cancéreuses, comme le suggère une étude1 réalisée en 2006. Bouilli et égoutté, il représente également une excellente source de vitamine K et une bonne source de vitamine B6.

    Le céleri peut être consommé cru en collation, en salade, en jus avec des tomates et des carottes, cuit dans des soupes, des sauces, ragoûts, quiches ou encore des jardinières de légumes. La richesse en sodium du céleri, équilibrée par sa haute teneur en potassium, en fait un aliment salé intéressant pour les personnes souffrant d’hypertension et dont la consommation de sel doit être limitée.

     

    Le chou, en prévention du stress oxydatif :   Légume diurétique
    Le chou et ses nombreuses variétés, mais plus particulièrement le chou de Bruxelles1, en raison de sa richesse en fibres et en potassium (389 mg pour 100 g), auraient des propriétés diurétiques.

    Les composés phytochimiques du chou (notamment les glucosinolates) stimuleraient le système immunitaire, préviendraient le stress oxydatif, l’apparition de cancers et réduiraient la prolifération des cellules cancéreuses2. Le chou commun ainsi que le chou rouge bouilli constituent une excellente source de vitamine K.

    Le chou peut se consommer cuit ou cru, farci, braisé, en soupe… Pour préserver ses bienfaits contre le cancer, il vaut mieux le consommer cru ou légèrement cuit, dans peu d’eau.

     

    La betterave rouge diminuerait l’apparition de certains cancers :   Légume diurétique
    Diurétique grâce à sa teneur en potassium (environ 300 mg pour 100 g), la betterave rouge est considérée comme un superaliment, et pour cause, elle est riche en antioxydants. C’est d’ailleurs l’un des seuls légumes ayant un pouvoir antioxydant aussi élevé.

    Elle contient des composés phénoliques, dont les flavonoïdes, qui maintiennent son pouvoir antioxydant, même après cuisson. La  bétanine, un de ses composants, diminuerait l’apparition de certains cancers et aurait des effets cytotoxiques – les agents cytotoxiques détruisent les cellules ou préviennent leur multiplication – sur les cancers du sein et de la prostate1. C’est une excellente source de vitamine A – qui contribue à la croissance des os et des dents et favorise une bonne vision dans l’obscurité – et de vitamine K.

    La betterave rouge peut se consommer crue, en entrée, en salade, râpée, cuite au four ou à la vapeur. Ses feuilles se mangent crues ou cuites comme celles de l’épinard.

     

    Le concombre, idéal dans les régimes hypocaloriques :   Légume diurétique
    Le concombre est un légume diurétique et rafraîchissant, particulièrement apprécié dans les saisons plus chaudes. Il doit ses propriétés diurétiques à sa richesse en eau et sa grande quantité de silicium et de soufre, qui stimulent et aident les reins à se débarrasser de l’acide urique.

    Cru, il est composé à 95% d’eau, ce qui  le rend idéal pour les personnes qui surveillent leur poids : 63 g de concombre cru avec ou sans pelure représentent respectivement 9 et 8 calories. Le concombre cru sans sa pelure constitue une source de cuivre, et, avec sa pelure, de vitamine K. Il présente également des vertus légèrement antioxydantes, grâce à la présence de composés phénoliques.

    Le concombre est essentiellement consommé cru, en salade ou en entrée, avec une sauce au yaourt et aux fines herbes, mais il peut aussi être cuit et consommé comme la courgette.

     

     


    35 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique