• sante-vitamine-B

    http://sd-1.archive-host.com/membres/up/133917233040018234/SANTE/structure-vitamine-B.png

     

     La vitamine A, c'est ICI!

    et on continue avec, tout ou presque sur la vitamine B

     

    La vitamine B1 : (thiamine, aneurine) est une vitamine indispensable au métabolisme normal des sucres ou hydrates de carbone.

    Elle est soluble dans l'eau et détruite par la chaleur. La cuisson des aliments en diminue de en vitamine B1.

     

    Besoins :

    Ils varient en fonction de l'âge, du poids, de l'intensité du métabolisme, de l'activité physique.

    Ils se situent en moyenne à 0.5 milligrammes pour 1000 calories, soit, chez un adulte, 1.3 à 1.5 milligrammes par jour, un peu plus chez les femmes enceintes ou qui allaitent (1.8 mg par jour).

    Ces besoins moyens augmentent, lorsque l'alimentation est très riche en hydrates de carbone et aussi face à l’apport régulier de boissons alcoolisées.

     

    Doses quotidiennes recommandées (en mg par jour) :

    Nourrissons 0.4

    Enfant de 1 à 3 ans : + ou - 0.7

    Enfant de 4 à 9 ans : + ou - 0.8

    Enfant de 10 à 12 ans : + ou - 1.2

    Adolescents de 13 à 19 ans : + ou - 1.5

    Adolescentes de 13 à 19 ans : + ou - 1.3

    Homme adulte : + ou -   1.5

    Femme adulte : + ou - 1.3

    Femmes enceintes : + ou - 1.8

    Femmes allaitantes : + ou - 1.8

     

    Contrairement à d'autres vitamines (par exemple la vitamine A) l'organisme humain n'est pas capable de faire des réserves de vitamine B1. C’est pourquoi il doit en trouver quotidiennement en quantités suffisantes dans son alimentation.

    Le raffinage des aliments, la mise en conserve, la cuisson... entrainent des pertes très importantes en vitamine B1, de 10 à 40 %.

    http://sd-1.archive-host.com/membres/up/133917233040018234/SANTE/levure-de-biere.png

    Teneur des aliments (en milligrammes pour 100 g) :

    Levure de bière sèche : + ou - 5-10

    Levure de boulanger : + ou - 1-2

    Germes de blé : + ou - 1-1.5

    Œufs de poissons : + ou - 1-1.2

    Pois sec, haricots secs : + ou - 0.4-0.8

    Porc, Jambon : + ou - 0.6

    Noix, noisettes : +ou- 0.5

    Lentilles : + ou - 0.43

    Rognons : + ou - 0.37

    Petit-pois : + ou - 0.32

    Riz brun : + ou - 0.3

    Châtaignes : + ou - 0.2-0.3

    Amandes, cacahuètes : + ou - 0.2-0.3

    Pain complet : + ou - 0.25

    Huîtres : + ou - 0.25

     

    Dans le cas des céréales, la vitamine B1 est située dans leur enveloppe extérieure : cela a permis de découvrir cette vitamine, après observation de cas de béri-béri chez des prisonniers nourris de façon uniforme de riz décortiqué.

    La chair de certains poissons contient un enzyme qui détruit la vitamine B1. Cet enzyme est dénaturé lors de la cuisson des poissons, mais pas si ils sont mangés crus, comme cela se fait au Japon, où des carences en vitamine B1 dues à ce mode d'alimentation ont été observées.

     

    Fonctions :

    Une fois parvenue dans les cellules la thiamine reçoit des groupements phosphore, et prend principalement la forme de pyrophosphate de thiamine ou TPP. Cette transformation la rend physiologique active.

    - La thiamine joue surtout le rôle de coenzyme dans le processus de transformation des glucides, des protéines et des lipides de l'alimentation. La vitamine B1 permet donc, au sein de nos cellules, de transformer en énergie le glucose et les autres carburants de notre alimentation.

    - Le pyrophosphate de thiamine participe aussi à la dégradation de certains acides aminés qui sont utilisés pour fournir de l'énergie.

    - Elle est nécessaire au fonctionnement des muscles, y compris le muscle cardiaque, ainsi qu'au processus de mémorisation.

     

    Carence :

    Dans les pays industrialisés, l'alcoolisme représente l'une des causes principales de carence en vitamine B1, le risque étant important quand la consommation d'alcool atteint ou dépasse l'équivalent d'un litre de vin par jour.

    Un déficit en vitamine B1 peut également être observé dans les diarrhées chroniques, chez les obèses (du fait d'une consommation excessive en sucres), au cours des régimes abusivement restrictifs, ou encore à l'occasion de certaines maladies graves et prolongées.

    Les déficiences mineures se traduisent par des symptômes de fatigue, de perte d'appétit, d’amaigrissement, d’irritabilité, d’insomnie, de sensation de lourdeur et de raideur dans les jambes, voire le début d'une polynévrite...

     

    Allez.... on passe à table !

    Un tableau de Maître : La mangeuse d'huitres

    http://sd-1.archive-host.com/membres/up/133917233040018234/SANTE/La-mangeuse-d-huitres.gif

     


    votre commentaire
  • Pour un bonheur parfait, il faut être en forme, hein?

    Vitamine A

    http://au-bonheur.eklablog.com/vitamine-a-a46098267
    Toujours dans l'optique d'être belle naturellement(allez voir en cliquant ici), avec une approche plutôt santé, je vais vous parler des vitamines nécessaires à notre bien-être et nous en apprendrons ainsi,  peu à peu l'Abcdaire...  
    Vitamine A, B, C, PP… Vous commencez, comme moi, à y perdre votre latin j'imagine.
    Les vitamines sont des substances organiques nécessaires, en très petite quantité, à l'organisme. A l'exception de la vitamine D, les vitamines ne peuvent être synthétisées par notre corps et doivent être présentes dans l'alimentation. Des apports insuffisants en vitamines provoquent à plus ou moins long terme des perturbations biologiques plus ou moins graves. Mais rassurez-vous, notre alimentation nous permet généralement de couvrir tous nos besoins en vitamines  


    Aujourd'hui, nous allons voir plus spécialement la Vitamine A (ou rétinol)
    Son rôle :
    La vitamine A est indispensable à tous les âges de la vie. Elle est impliquée dans de nombreuses fonctions de l'organisme : développement de l'embryon, croissance des cellules, renouvellement des tissus (peau, muqueuse intestinale), système immunitaire …
    Elle est indispensable à la vision et à la croissance des bronches, des intestins ou encore de la peau. La vitamine A intervient également dans la croissance osseuse, dans la synthèse de certaines hormones telle la progestérone et dans les mécanismes immunitaires. Elle pourrait aussi avoir un effet protecteur dans la prévention de cancers, notamment broncho-pulmonaires, ainsi que sur la xérophtalmie.


    Où la trouver :
    La vitamine A est présente uniquement dans les aliments d'origine animale, surtout le foie. Néanmoins, certains végétaux contiennent des provitamines A (carotènes), c'est-à-dire des substances que l'organisme est capable de transformer en vitamine A.
    Exemple : Carotte crues et cuites, Cerfeuil frais, Abricot, Épinard, Potiron, Laitue, Poivron, Melon, Tomate, Cornichon, Jaune d’œuf, Rognon, Foie gras, Roquefort, Camembert, Reblochon ... 


    Ci-dessous, un tableau indicatif de la quantité en vitamine A  de certains aliments

    http://au-bonheur.eklablog.com/vitamine-a-a46098267


    Sur cet autre tableau, sont indiqués les apports conseillés en microgrammes par jour :

    http://au-bonheur.eklablog.com/vitamine-a-a46098267

    A bientôt pour les autres!

     


    votre commentaire
  • Le bisphénol A (BPA) est une substance chimique utilisée dans la fabrication de plastiques et de résines. On en trouve aussi dans les tickets de caisse. Depuis peu, on le soupçonne de favoriser des maladies, dont le diabète. Trois études récentes semblent le confirmer.


    Ainsi une équipe américaine a montré une relation directe entre le taux de BPA mesuré dans les urines, et la survenue du diabète de type 2, le diabète le plus courant.
    Une équipe chinoise vient de mettre en évidence, sur près de 3400 patients, que le BPA favorisait l’obésité générale, l’obésité abdominale et la résistance à l’insuline, trois facteurs qui participent à l’apparition du diabète de type 2.


    Enfin, un consortium de chercheurs de plusieurs pays vient d’analyser la réaction des cellules productrices d’insuline à la présence de bisphénol A. Ils ont ainsi pu montrer que le BPA provoquait une libération d’insuline rapide, en agissant comme un œstrogène, une molécule endocrienne. Cet effet, pour une même exposition au BPA, est plus important chez l’Homme que chez la souris.


    Tous ces scientifiques préconisent de mieux prendre en compte les molécules qui agissent comme perturbateurs endocriniens dans les politiques de santé publique.
    Origine : http://www.afd.asso.fr/actualites/bisphenol-et-diabete-002210

    http://viens.eklablog.com/


    69 commentaires
  • Les vertus de la diététique ayurvédique par Claire Frayssinet


    L’Ayurveda est une médecine non conventionnelle indienne. Elle intègre aussi bien les massages, les traitements à base de plante qu’une gastronomie particulière. Découvrez trois recettes de cuisine ayurvédiques aussi bonnes pour le corps que pour les papilles.

    ayurvéda
    Qu’est-ce que l ‘Ayurveda ?
    Le texte fondateur de l’Ayurveda est le Charaka samhita, rédigé au XIe siècle par Chakrapanidatta. Mais l’Ayurveda remonterait à une période encore plus lointaine. Un autre texte, l’Atharva Véda, réunit des hymnes curatifs car, à l’origine, l’Ayurveda était une médecine qui guérissait par la voix.
    Aujourd’hui, en raison des influences bouddhiques, asiatiques et européennes, l’Ayurveda contient de nombreux autres axes de soin. Selon la médecine Ayurvédique, une bonne hygiène de vie permet de restaurer l’harmonie de l’homme avec son environnement.


    L’Ayurveda est plus une médecine préventive que curative. Elle met l’accent sur l’équilibre de l’homme en ventant les mérites de la modération, que ce soit dans l’alimentation, le sommeil, la sexualité ou la prise de médicaments.
    La diététique joue un rôle particulièrement important dans la médecine Ayurvédique. Elle donne des recommandations sur les aliments bons pour la santé en prenant en compte leur mode de préparation et la manière de les accompagner. Les légumes et les épices sont à l’honneur dans la cuisine Ayurvédique. La matière grasse utilisée est le ghee autrement dit du beurre clarifié. Quant aux matières animales, elles sont peu utilisées.


    Un exemple de recette simple pour l’hiver
    Shak de poireaux
    Ingrédients
    4 poireaux de taille moyenne
    1/2 cuillère à café de curcuma
    1 cuillère à café de poudre rouge
    sel
    3 à 4 cuillères à soupe de ghee
    1 cuillère à café de graines de moutarde ou du pavot
    1 cuillère à café de graines de cumin
    La vidéo, en cliquant ci-dessous !
    http://www.femmeactuelle.fr/sante/la-sante-dans-l-assiette/shak-de-poireaux


    60 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique