• Bonne ou mauvaise (l'inspiration), là n'est pas la question...

     

    Je viens de voir un titre de film annoncé à la télévision, et je n'ai pu résister à l'envie irrépressible de venir écrire ce qui suit :

     

    Le temps est assassin...

    Inspiration

     

    Oui le temps est un assassin  On dit que le temps adoucit les peines, mais moi je dirai qu'il tue le souvenir.

     

    a) Il faut prendre le temps comme il vient, les hommes pour ce qu'ils sont, et l'argent pour ce qu'il vaut.

    Non...C'est tout à fait le bruit qui court de nos jours...

     

    b) Si nous tuons le temps, celui-ci nous le rend bien.

    Oui... il ne nous manquera pas lui...

     

    c) À force de temps je t'aurai, disait le chêne à la citrouille.

    Oui... Quoi que l'on entreprenne, il finira par gagner...

     

    d) Le temps fait changer, mûrir, oublier et mourir.

    Oui... Tout à fait, rien ne peut changer cela...

     

    e) Il n'est point de cordeau pour amarrer le temps.

    Oui... S'il existait, nous serions entravés par tous ces cordeaux...

     

    f) À tout il faut mettre le temps.

    Non... Je ne suis plus du tout d'accord avec cette maxime ; il faut courir pour avoir le temps de tout faire...

     

    g) Prends le temps quand il vient, car le temps s'en ira.

    Oui... Prendre le temps d'être heureux, car c'est si éphémère...

     

    h) Perdre le temps c'est commettre un vrai suicide.

    Oui... Le temps ne se représentera pas...

     

    i) Le temps se change en bien peu d'heure, tel rit le matin qui le soir pleure.
    Tout peut changer en une fraction de seconde...

    Oui... Le temps est le "dévoileur" de la vérité. Quand la jeunesse est partie, quand l'amour est fini, quand les enfants sont partis...

     

    j) Comme la rose enfin devient gratte-cul, et tout avec le temps, par le temps est vaincu.

    Oui... Avec le temps, on se transforme, tout se transforme, pas de retour possible...

     

    k) Qui a temps et temps espère (attend), le temps lui manque.

    Oui... Inutile d'attendre, car tout ne vient pas à qui sait attendre...

     

    Avec le temps, va, tout s’en va ». Nous sommes malheureusement tous soumis au temps qui passe, et parfois, on se surprend à vouloir arrêter l’horloge, ou tout du moins la ralentir… Face à la fuite des heures, il est important de savoir profiter de l’instant présent, du moment fugace qui a tôt fait de s’éclipser, et de prendre du bon temps avec ceux qu’on aime.

     


    15 commentaires
  • Voilà, je crois qu'il est devenu inutile d'aller plus loin dans le domaine de l'introspection. Je gardais un infime espoir, mais force est de constater que je tourne au ridicule (qui ne tue pas lui), mais quand même...

     

    Suite à ma chute, je suis retournée aux urgences le week-end suivant, car ils n'avaient pas regardé le choc à la tête dont j'ai souffert les jours suivants, et pour lequel j'ai du faire un scanner...

    Bon ma tête n'est pas encore tout à fait claire, mais je ne pense pas arriver à me faire soigner ici dans l'Aude, donc j'ai décidé de rentrer chez moi dans l'Hérault.

     

    Je viens de prendre conscience, malgré moi, que je n'ai plus les moyens de vivre comme je l'ai fait jusqu'à ce jour : plus les moyens financiers, ni les moyens physiques ;  je doute même de pouvoir un jour me déplacer sans béquilles...

    J'ai été traumatisée par le fait que ma fille, qui vit à 200 kms de chez moi, soit obligée de venir, accompagnée de ses deux enfants en bas age, pour me conduire à l'hôpital : j'en suis révoltée, d'autant qu'il lui a fallut rester dans la salle d'attente jusqu'à 22 heures pour pouvoir me ramener à la maison. Elle a fait 400 kms dans la journée pour me mener d'urgence vers un hôpital. Mais que se passe-t-il dans notre monde? Plus de SAMU, plus de VSL, plus de POMPIERS, j'ai fait appel aux 3 services...

     

    Passé 60 ans, handicapée et malade, je me demande comment je vais réussir à survivre.

    J'ai obtenu enfin, une aide ménagère, déléguée par mon assureur (deux semaines après ma chute) : 17 heures jusqu'au 30 mars. L'entreprise qui m'accorde ces heures est basée à Lyon 69, pourquoi pas un organisme de l'Aude??? Par contre, elle ne pourra pas aller me faire des courses, donc ma fille m'a fait des provisions avant de repartir, mais ensuite, je vais être obligée de conduire pour aller voir mon médecin, faire mes courses, et autres... j'avoue que j'ai peur!

     

    Je viens de faire une demande HLM pour l'Hérault, en sachant bien que j'ai peu de chance d'obtenir un logement avant plusieurs années, alors je vais me mettre dans un coin, comme le vieux singe (si certains se souviennent de cette image), et attendre... attendre je ne sais quoi... attendre et espérer...

     

    Si je trouve un appartement, ça sera probablement un F1 ou F2, et que vont devenir mes chats?

     

    Bon aller j'arrête, je pleure à l'intérieur de moi, car je n'ai plus de larme aux yeux depuis la chimio...

     

     


    25 commentaires
  • Je progresse et je pense avoir enfin compris quelque chose...

     

    J'ai discuté avec mes 2 "coatches personnelles", et je suis tombée en accord avec elles deux.

    Quand le corps parle, on dit que le genoux, c'est le refus de plier devant l'autorité! Comme c'est déjà la troisième fois, il est temps que je commence à considérer cette information.

     

    Cela fait parti des mes attributs à ce jour, de refuser toute sorte d'autorité... et voilà ce qui se passe quand on refuse d'accepter sa situation, et que l'on ne fait plus confiance à ce qui nous domine.

     

    J'ai toujours refuser de me laisser arrêter dans mes quêtes, et "impossible" est un mot qui ne fait pas partie de mon vocabulaire, donc j'ai toujours foncé pour parvenir à un but, quel qu'il soit.

     

    Après réflexion, je me dis que finalement, quand un "soit-disant" obstacle s'offre à moi, c'est peut-être une protection qui m'est envoyée... et oui ... j'ai perdu confiance en la vie.

    Si, avant de foncer pour détruire l'obstacle, je réfléchissais sur un éventuel autre chemin?

    Ça pourrait être moins fatigant, mieux et plus adapté à mes besoins...

     

    Allez, voilà, je vais suivre docilement ma route, mon chemin sans rien décider, avant d'en avoir discuter avec les lois de l'univers...

     

    épisode 7 de mon introspection

     

     


    10 commentaires
  • Bip...bip bip... bip

     

    Bien à fond dans mon introspection... Stop...et voilà... Stop...Chute avec les 4 fers en l'air... Stop...fracture de la rotule... Stop...C'est ma 3ème... Stop...Me manquait plus que ça...Stop

     

    Pour continuer à regarder le côté positif des choses, on vient de m'expliquer que lorsque les genoux parlent, c'est soit un refus de plier devant l'autorité, ou bien le contraire...

    Mais là, je craque, la douleur me prend mon esprit... Pour le coup je peux continuer à procrastiner tranquille puisque de toute façon, je ne peux plus faire grand-chose...

     


    20 commentaires
  • 5 Priorités

    Ma procrastination et mes obligations :

     

    Une amie Lady Marianne, me dit qu'elle classe par priorité, et c'est peut-être la méthode que je vais appliquer.

     

    En effet, je rejette en bloc toute obligation depuis le jour de mon départ à la retraite "obligé" pour cause de cancers... Je ne voulais pas quitter le monde dit actif, mais je n'ai pas eu le choix, je ne pouvais plus assumer.

     

    5 Priorités

     

    A ce moment là j'ai décidé de ne plus regarder l'heure et de ne plus porter de montre.

    Avant, j’ai vécu une vie hyper trépidante, en travaillant à plein temps depuis toujours et en élevant seule mes 4 enfants... Je n'ai jamais "chômé", dans tous les sens du terme... Mes seuls temps de repos étaient mes hospitalisations pour comas diabétique (j'ai d'ailleurs pris une mise à pieds parce que je n'avais pas prévenu mon employeur...), ou l'accident de voiture auquel j'ai survécu, mais qui m'a laissé dans un état encore pire que celui dans lequel je me trouvais avant : fractures du bassin, de la colonne vertébrale, des côtes et une amnésie qui a effacé plusieurs pans de ma vie et ça aussi ça fait peur...

     

    Il m'est arrivé de rencontrer une personne et de vouloir me jeter dans ses bras.. la joie était telle que j'avais les larmes aux yeux, puis au dernier moment, quand la personne se tenait prête avec la même joie, j'ai baissé la tête et me suis retournée à jamais, car je ne savais pas qui c'était...? j'ai très mal géré ces moments-là...

     

    Et donc au sortir de tout ça, après avoir vaincu mes cancers, perdu ma maison, mon père, mon compagnon et la mémoire... j'ai tenté de continuer à vivre, mais ça n'était pas facile. je m'étais faite à l'idée que de toute façon j'allais mourir... et quelle surprise de se retrouver là, et de réaliser que le monde n'a jamais été celui que je voyais et croyais...

     

    Mon seul bonheur, et ça, ça continue encore à ce jour, c'est de me lever le matin ; je trouve toujours ce moment, merveilleux quand je vois la lumière au travers des volets!

    La période cancer m'a aussi rendue agoraphobe... Oui, depuis j'ai du mal à sortir de chez moi et je me fais violence pour aller faire mes courses. Ça aussi c'est quelque chose qui doit se soigner, mais avec tout ce que je trimballe... Je pense que l'agoraphobie est étroitement lié au fait d'être si heureuse de me réveiller le matin et que quelque part, la vie me fait peur. Qu'en pensez-vous?

     

    La seule certitude que j'ai, c'est qu'il faut que pas mal de choses changent dans ma vie, pour retrouver une certaine sérénité, mais par où et par quoi commencer?

     

    Bon allez, je continue mon introspection et je vous dis à bientôt!

    5 Priorités

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires